Vice-commandant de la Force spatiale : La Chine ne peut pas être autorisée à acheter des entreprises spatiales américaines en faillite

Le lieutenant général Thompson : Le DoD travaille avec la Maison Blanche et prévoit de collaborer avec le Congrès pour aider les sociétés spatiales qui sont confrontées à la faillite.

WASHINGTON – Si le gouvernement chinois décidait de racheter les actifs de la société OneWeb, une entreprise de navigation spatiale en faillite, la force spatiale américaine pourrait-elle faire quelque chose pour l’en empêcher ?

Cette question a été posée au lieutenant général David Thompson, vice-commandant de l’armée de l’air américaine, lors d’un entretien en ligne le 12 mai avec le lieutenant général à la retraite David Deptula, doyen de l’Institut Mitchell pour les études aérospatiales de l’Association de l’armée de l’air.

M. Thompson n’a fait aucun commentaire sur les actions spécifiques que le DoD pourrait prendre concernant OneWeb. Les actifs de l’entreprise sont en danger depuis qu’elle a déposé son bilan le 27 mars dernier, devenant ainsi une tête d’affiche pour les revers financiers de l’industrie spatiale COVID-19.

Il a déclaré que le DoD travaille avec la Maison Blanche et prévoit de travailler avec le Congrès “non seulement sur OneWeb, mais sur toutes les sociétés spatiales commerciales qui sont confrontées à la faillite et à ces préoccupations. Nous voulons voir ce que nous pouvons faire en termes de sécurisation des capacités dont nous avons besoin pour la sécurité nationale, en premier lieu, et pour nous assurer que nos adversaires n’ont pas la possibilité d’acquérir ces capacités”.

M. Deptula a souligné que l’armée américaine comptait sur OneWeb pour fournir des communications à large bande par satellite dans l’Arctique, une région du monde où la Chine prévoit d’accroître son influence. Avant de faire faillite, OneWeb a mis en orbite 74 satellites à haut débit.

Comme le capital-risque s’est retiré du secteur spatial pendant la pandémie, le Pentagone s’est inquiété de ce que la Chine puisse intervenir pour acquérir des entreprises en détresse qui possèdent des technologies pertinentes pour la sécurité nationale. Le Pentagone n’a pas expliqué comment il pourrait empêcher les acquisitions chinoises, mais les responsables ont indiqué qu’ils accordaient une attention particulière au secteur spatial, en partie pour cette raison.

Thompson a mentionné le travail du Conseil d’acquisition de l’espace – une nouvelle organisation créée par le Congrès qui comprend les hauts responsables du ministère de la défense, de l’armée de l’air et de l’espace des États-Unis, ainsi que la communauté du renseignement. Au cours des dernières semaines, le conseil a tenu des réunions d’urgence pour discuter des options permettant d’aider l’industrie spatiale commerciale et de protéger les capacités de sécurité nationale.

Le conseil “a reconnu que ce qu’il fallait vraiment faire rapidement était de considérer la menace que ce virus représente pour l’espace commercial, pour les petites entreprises spatiales dans les secteurs commercial et de la sécurité nationale et ce qu’elles pourraient faire à ce sujet”, a déclaré M. Thompson.

Il a déclaré que l’un des sujets qui sera discuté avec le Congrès est de savoir quels investissements pourraient être faits rapidement pour “fournir les capacités dont nous savons que nous avons besoin, dans des domaines où nous devons être plus agressifs qui vont également aider le secteur spatial commercial et de sécurité nationale”.

Selon le journal britannique The Telegraph, deux entreprises ayant des liens avec le gouvernement chinois ont soumis des propositions pour acheter certains des actifs de OneWeb. Le journal a également rapporté que OneWeb a contacté le ministère de la défense au sujet d’un éventuel programme de soutien pour aider à repousser les Chinois.