La Suède augmente ses investissements pour que les lancements orbitaux aient lieu à Esrange d’ici 2022

VALLETTA, Malte – Le gouvernement suédois s’est engagé à investir 90 millions de couronnes (10,2 millions de dollars) au cours des trois prochaines années pour moderniser le Centre spatial d’Esrange afin d’accueillir les lancements de petits satellites à partir de 2022.

Ce nouveau financement intervient deux ans seulement après que le gouvernement ait investi 60 millions de couronnes pour équiper la gamme de fusées suborbitales d’installations d’essai de propulsion qui pourraient bientôt être utilisées par deux jeunes entreprises de lancement allemandes.

L’annonce de cet investissement de 90 millions de couronnes a été faite par la ministre suédoise de l’espace Matilda Ernkrans lors de l’inauguration, le 14 octobre, des installations d’essai récemment achevées à Esrange. Ernkrans a déclaré que l’investissement permettrait à la Suède de devenir l’un des rares pays ayant la capacité de lancer des satellites en orbite.

La Suède n’est pas la seule nation européenne qui cherche à accueillir des lancements orbitaux. Le Royaume-Uni, par exemple, est en train de poser les bases réglementaires pour les spatioports commerciaux et est Travailler avec l’orbite de la Vierge de Sir Richard Branson pour accueillir des vols du système de lancement aérien de la compagnie à partir d’un aéroport anglais. Actuellement, le seul centre de lancement orbital d’Europe, le Centre spatial guyanais, se trouve en Guyane française, un territoire français d’outre-mer situé sur la côte nord-est de l’Amérique du Sud.

La Suède a commencé à explorer la possibilité d’accueillir des lancements orbitaux à partir du centre spatial d’Esrange en 2013 avec l’achèvement d’une première étude de faisabilité. Cette étude a été suivie de plusieurs autres qui visaient à définir un plan d’affaires pour l’installation et à obtenir un soutien politique afin de garantir le financement.

L’un des principaux attraits des fusées de lancement du Centre spatial d’Esrange est une zone d’impact de 5 200 kilomètres carrés située au nord de l’installation dans la région de la toundra suédoise. La loi suédoise restreint l’accès à la région pour tout sauf les activités spatiales, l’élevage de rennes et les activités récréatives mobiles. Cela permet de s’assurer que les étages de fusée usagés peuvent être largués en toute sécurité sans se soucier des zones peuplées, ce qui constitue un défi pour les installations de lancement à l’intérieur des terres.

L’effort de développement des capacités de lancement de satellites au Centre spatial d’Esrange fait partie d’un projet de modernisation de 300 millions de couronnes.

La première phase du projet comprenait un effort de modernisation des infrastructures qui a été achevé en 2018. Elle a été suivie par la construction de deux bancs d’essai verticaux pour les essais de tir des étages de fusées. La construction prévue d’installations de lancement orbital marque la troisième phase de la modernisation en cours.

La Swedish Space Corporation (SSC), une société spatiale publique qui possède et exploite le Centre spatial d’Esrange, espère que le premier lancement orbital de la Suède aura lieu en 2022. Bien que le centre ne dispose pas encore d’un engagement de la part d’un fournisseur de lancement pour son premier vol, le porte-parole de la SSC, Stefan Gustafsson, a déclaré qu’il était en contact avec plusieurs petits fournisseurs de véhicules de lancement.

Bien qu’elle n’ait pas encore trouvé de client pour ses installations de lancement orbital, la SSC a signé des contrats avec les startups de lancement allemandes Isar Aerospace et Rocket Factory Augsburg (RFA) pour des essais de moteurs et d’étages de fusée à Esrange.

Isar et RFA, la branche de lancement de la société allemande de technologie spatiale OHB SE, ont été fondées en 2018 et développent toutes deux indépendamment de petits lanceurs. Le véhicule à deux étages Isar Spectrum, conçu pour transporter des charges utiles jusqu’à 1 000 kg en orbite basse, devrait être lancé en 2021, bien que la société n’ait pas choisi de site de lancement. Le RFA One, conçu pour transporter 1 300 kilogrammes sur une orbite polaire de 300 kilomètres, devrait être lancé fin 2021 à partir de la base norvégienne de Port spatial d’Andøyaune autre gamme de lancements suborbitaux en cours d’amélioration pour les lancements orbitaux.

Le Centre spatial d’Esrange a été fondé en 1966 par l’Organisation européenne de recherche spatiale, le prédécesseur de l’Agence spatiale européenne. La propriété de l’installation a ensuite été transférée à la SSC en 1972. L’installation est actuellement utilisée par des clients gouvernementaux et commerciaux pour lancer des fusées-sondes et des ballons à haute altitude ainsi que pour effectuer des tests de chute. À ce jour, l’installation a accueilli le lancement de plus de 550 fusées-sondes et de plus de 600 ballons.