La NASA poursuit ses recherches sur la source de la fuite d’air de l’ISS

WASHINGTON – La NASA déclare qu’elle n’est toujours pas sûre de la source d’une petite fuite d’air sur la Station spatiale internationale après que l’équipage ait passé un second week-end confiné à un seul module à cet endroit.

L’équipage de la mission Expedition 63, composé de l’astronaute de la NASA Chris Cassidy et des cosmonautes du Roscosmos Anatoly Ivanishin et Ivan Vagner, est resté à l’intérieur du module Zvezda dans le segment russe de la station du 25 septembre au soir au 28 septembre au matin. Les écoutilles entre les autres modules de la station ont toutes été fermées afin d’identifier lequel présentait une petite fuite d’air, mais pas une fuite critique.

Lors d’un briefing le 28 septembre sur la prochaine mission de Northrop Grumman NG-14 Cygnus cargo à la station, un responsable de la NASA a déclaré que l’isolement du week-end dans le module Zvezda n’avait pas permis de localiser immédiatement la source de la fuite. “Jusqu’à ce matin, il n’y avait aucune indication claire de l’endroit où se trouve la fuite”, a déclaré Greg Dorth, directeur du bureau d’intégration externe du programme ISS à la NASA. “Les équipes sont toujours en train d’examiner les données et de les évaluer.”

C’était la deuxième fois que l’équipage de l’ISS se confinait à Zvezda pour tenter de localiser la fuite. Un mois plus tôt, les trois hommes avaient également passé un week-end à Zvezda avec les autres modules scellés pour tenter de localiser la fuite. “Après ces trois jours, il n’y avait aucune indication de l’origine de la fuite”, a déclaré M. Dorth.

Ce dernier test, a-t-il dit, présente quelques “configurations légèrement différentes” dans les segments américain et russe, bien qu’il n’ait pas donné de détails sur les différences entre les deux tests. En outre, Cassidy a utilisé un détecteur de fuite à ultrasons pour voir si la fuite provenait de Zvezda lui-même.

La fuite, a-t-il souligné, ne pose pas de risque pour l’équipage ou la station elle-même. “C’est une très, très petite fuite. C’est un impact sur nos consommables, mais nous avons prévu cela. Nous pouvons nous occuper de la fuite tout en poursuivant l’enquête.”

Cassidy a fait la même remarque dans une série de tweets sur la fuite juste avant que lui et ses coéquipiers ne passent le week-end isolé à Zvezda. “Il n’y a aucun risque pour nous, l’équipage, mais il est important de trouver la fuite [so] nous ne gaspillons pas un air précieux”, a-t-il écrit.

Les contrôleurs de la station spatiale ont profité d’une période relativement calme sur la station pour tenter de localiser la fuite, qui a été détectée pour la première fois il y a un an. Seules trois personnes sont à bord de la station, ce qui leur permet de rester dans un seul module. De plus, aucun vaisseau spatial n’a visité la station depuis le départ d’un véhicule cargo HTV le 18 août.

Mais cela va bientôt changer. Le vaisseau cargo NG-14 Cygnus devrait être lancé le 1er octobre depuis l’île de Wallops, en Virginie, et arriver à la station au début du 4 octobre. Cette mission “marque le début d’un mois de trafic de véhicules très intense sur l’ISS”, a déclaré M. Dorth.

Ce trafic comprend le lancement d’un nouveau vaisseau spatial Soyouz le 14 octobre avec à son bord l’astronaute de la NASA Kate Rubins et les cosmonautes du Roscosmos Sergey Ryzhikov et Sergey Kud-Sverchkov. Ce lancement sera suivi par le désamarrage du Soyouz qui se trouve actuellement à la station le 21 octobre et qui ramènera Cassidy, Ivanishin et Vagner. Un dragon de l’équipage SpaceX doit être lancé le 23 octobre avec les astronautes de la NASA Michael Hopkins, Victor Glover et Shannon Walker et l’astronaute de la JAXA Soichi Noguchi. Cela portera l’équipage de la station à sept personnes dans un avenir prévisible.