SpaceNews – Exotrail remporte des contrats de l’ESA – SmartSky poursuit le fournisseur d’équipements ATG – Un dirigeant d’Eutelsat démissionne

Pour recevoir FIRST UP Satcom, un bulletin d’information hebdomadaire de SpaceNews destiné aux professionnels du satellite et des télécommunications, inscrivez-vous ici.

TOP STORIES

La start-up française Exotrail a signé deux contrats avec l’Agence spatiale européenne pour sa technologie de propulsion électrique de petite taille. Dans le cadre du premier contrat, Exotrail a déclaré qu’elle allait “accélérer la qualification et la démonstration en vol” de son micropropulseur ExoMG de 150 watts. Le second contrat prévoit la livraison d’un système de propulsion en 2021, suivie d’essais au Centre européen de recherche et de technologie spatiales de l’agence aux Pays-Bas. Le directeur général d’Exotrail, David Henri, a déclaré par courriel que les deux contrats sont de l’ordre de six chiffres. [Exotrail]

SmartSky Networks, une société qui déploie un réseau air-sol à travers les États-Unis pour le Wi-Fi en vol, poursuit une société qu’elle avait engagée pour fournir du matériel radio. SmartSky a déclaré qu’elle pense que Wireless Systems Solutions a détourné sa propriété intellectuelle. SmartSky a annulé son contrat avec l’entrepreneur, qu’elle blâme également pour ne pas avoir achevé les travaux et avoir retardé le lancement du service Wi-Fi de SmartSky jusqu’en 2021. “[W]ous pensons que WSS a tenté de vendre notre produit comme étant le sien, notamment par l’intermédiaire d’une société d’alter ego créée après que nous ayons commencé à travailler avec WSS tout en impliquant les mêmes personnes”, a déclaré Ryan Stone, président de SmartSky, dans un communiqué de presse. [SmartSky]

Le PDG adjoint d’Eutelsat, Johann Leroy, a démissionné de son poste le 15 septembre, mais restera le directeur technique de la société. Johann Leroy a rejoint Eutelsat en 2010, est devenu directeur de la technologie en 2014, et a ajouté le rôle de directeur général adjoint en 2017. [BroadbandTVNews]

AUTRES HISTOIRES

Global Eagle Entertainment, fournisseur de services Wi-Fi pour les avions, ne prévoit aucun changement à court terme dans ses relations avec Intelsat, malgré l’acquisition en cours par Intelsat des activités d’aviation commerciale de son concurrent Gogo. Le président de Global Eagle, Per Norén, a déclaré qu’Intelsat est un “fournisseur mineur” du service Wi-Fi en vol de Global Eagle, et que Global Eagle continuera à considérer Intelsat pour ses besoins futurs en capacité. Panasonic Avionics, un autre fournisseur de services Wi-Fi en vol et client d’Intelsat, a évité de dire comment l’acquisition de Gogo affectera son utilisation des services d’Intelsat. [Runwaygirl]

L’opérateur de satellites Avanti recherche de nouveaux clients pour sa flotte sous-utilisée de satellites de communication et de charges utiles hébergées. Le PDG d’Avanti, Kyle Whitehill, a déclaré que la société a réduit ses coûts d’exploitation en supprimant 25 % de son personnel depuis son retrait de la Bourse de Londres il y a un an. Cette mesure et d’autres efforts de rationalisation ont permis à l’entreprise de réduire les prix de la capacité et d’être plus compétitive sur ses principaux marchés d’Afrique, d’Europe et du Moyen-Orient. Il a déclaré que si la société peut faire en sorte que le taux de remplissage de sa flotte existante atteigne la “norme industrielle” de 70 à 80 %, elle envisagera alors d’acheter de nouveaux petits satellites GEO. [SpaceNews]

L’Agence européenne des systèmes mondiaux de navigation par satellite a lancé le 15 septembre un projet de 3 millions d’euros (3,55 millions de dollars) pour mieux comprendre les besoins de l’Europe en matière de communications sécurisées par satellite. Ce programme de 30 mois permettra de créer un ensemble de besoins des utilisateurs pour le programme GovSatCom de la Commission européenne, et d’analyser les offres de communications par satellite sécurisées des fournisseurs gouvernementaux et commerciaux. L’Agence européenne de défense, qui dirige une démonstration de mise en commun des capacités de GovSatCom, participe au nouveau programme. [EDA]

La société allemande Mynaric a déclaré que les contrôles à l’exportation l’empêcheront d’expédier un terminal laser par satellite à un client chinois. Mynaric prévoyait de lancer son premier terminal laser à bord d’un vaisseau spatial chinois dans le courant de l’année, mais a reçu en juillet une notification du gouvernement allemand indiquant que l’exportation de cette technologie vers la Chine est interdite. L’entreprise a informé les actionnaires qu’elle envisageait de demander une indemnisation en raison de cette interdiction, et concentre désormais ses efforts de vente sur le secteur gouvernemental et de la défense, notamment aux États-Unis. Les terminaux laser comme ceux produits par Mynaric offrent une bande passante bien plus large que les liaisons radiofréquences traditionnelles. [SpaceNews]

L’Agence spatiale britannique partage plus d’un million de livres (1,3 million de dollars) entre sept entreprises afin de faire mûrir les technologies de repérage et de suivi des débris spatiaux. De nombreux projets sont encore en phase de développement, bien qu’une entreprise, D-Orbit, dispose de caméras en orbite sur un engin spatial récemment lancé qu’elle tentera d’utiliser pour repérer les débris. L’UKSA a examiné 26 propositions pour le programme. L’annonce du financement coïncide avec la signature d’un partenariat entre l’UKSA et le ministère britannique de la défense pour collaborer sur la sensibilisation au domaine spatial. [BBC]

Un ancien fonctionnaire du Pentagone est le nouveau président de la société de transport spatial Momentus. Fred Kennedy a rejoint Momentus cette semaine après un bref passage en tant que vice-président de la petite entreprise de lanceurs Astra. Kennedy a été le premier directeur de l’Agence de développement spatial du Pentagone et l’ancien chef du Bureau des technologies tactiques de la DARPA. Kennedy aidera Momentus à accélérer son travail sur les remorqueurs qui peuvent déplacer des vaisseaux spatiaux entre les orbites et éventuellement soutenir des missions vers la lune. [SpaceNews]

Jeff Foust, rédacteur en chef de SpaceNews, a contribué à cette lettre d’information.