SpaceNews – Intelsat met Maxar sur écoute pour le cinquième satellite en bande C, mettant fin à la série de commandes

WASHINGTON – Intelsat a signé un contrat de satellite avec Maxar Technologies, plaçant ainsi la commande finale dans un élan unique d’accords de fabrication déclenché par la prochaine vente aux enchères du spectre en bande C de la Commission fédérale des communications.

Maxar va construire le satellite de communication Intelsat-37 dans son usine de Palo Alto, en Californie, sur une plate-forme de classe 1300, a déclaré Intelsat le 17 septembre.

Intelsat-37 est le dernier des 13 satellites commandés entre Intelsat et SES pour regrouper les clients de la radiodiffusion nord-américaine dans une bande de fréquences plus restreinte, libérant ainsi 300 mégahertz d’ondes en bande C que la FCC réaffecte aux services cellulaires 5G dans l’ensemble des États-Unis.

Maxar est la société qui a reçu le plus de commandes dans le cadre de l’opération “C-band” de cette année, avec des contrats pour la construction de cinq satellites. Northrop Grumman est arrivé en deuxième position avec quatre satellites, tandis que Boeing et Thales Alenia Space construiront chacun deux satellites de remplacement en bande C. Le coût prévu de 3,4 milliards de dollars pour la construction et le lancement de ces satellites de remplacement, et le déploiement de leur infrastructure terrestre associée, sera finalement pris en charge par les opérateurs de réseaux 5G qui remporteront la vente aux enchères du spectre en décembre.

Intelsat et SES sont chacun à la recherche de milliards de dollars de paiements incitatifs pour libérer le spectre d’ici décembre 2023, et ont signé des accords de fabrication et de lancement cette année pour obtenir de nouvelles capacités en orbite avant cette échéance.

Intelsat a déclaré le 17 septembre avoir signé des contrats avec Arianespace et SpaceX pour le lancement de ses sept satellites de remplacement en bande C. Arianespace lancera deux satellites sur une Ariane 5 en 2022, et le satellite Intelsat-37 qui vient d’être commandé sur une Ariane 6 en 2023. SpaceX lancera quatre satellites dans le cadre de deux missions à partir de 2022, a déclaré Intelsat.

La nouvelle récolte de satellites en bande C utilisera 200 mégahertz de spectre au lieu des 500 mégahertz que les opérateurs de satellites ont l’habitude d’utiliser au-dessus des États-Unis. Avec cette dernière commande, Intelsat a chargé Maxar de construire cinq satellites en bande C, et Northrop Grumman deux. SES a commandé deux satellites chacun à Boeing, Northrop Grumman et Thales Alenia Space.

Eutelsat avait l’intention de commander un satellite en bande C, mais a abandonné ce plan au profit d’un réaménagement de la capacité de réserve de sa flotte actuelle. Télésat et Claro, les autres opérateurs participant au programme de la FCC pour l’utilisation du spectre, ont déclaré qu’ils avaient trop peu d’activités en bande C au-dessus de l’Amérique du Nord pour justifier le remplacement des satellites.

Les 13 satellites de remplacement en bande C comptent pour la plupart des satellites géostationnaires commerciaux commandés cette année. Seuls quatre autres ont été commandés par les opérateurs de satellites en 2020. Optus, Yahsat et Arabsat ont commandé chacun un satellite à Airbus, et Hispasat a commandé un satellite à Thales Alenia Space.

Avec 17 commandes dans l’ensemble du secteur, 2020 a déjà égalé le nombre de commandes passées en 2019. À 3,5 mois de l’échéance, les commandes de cette année se situent dans la fourchette supérieure des 10 à 20 satellites géostationnaires commerciaux que les fabricants s’attendaient à ce que les opérateurs commandent en 2020.

La FCC demande aux soumissionnaires retenus lors de sa vente aux enchères de décembre sur la bande C de couvrir le coût des satellites de remplacement pour les opérateurs qui quittent le spectre. Intelsat et SES ont déclaré à la FCC cet été qu’ils prévoyaient de dépenser chacun environ 1,7 milliard de dollars pour la fabrication, les services de lancement et l’infrastructure au sol de leurs satellites en bande C.

Le caractère remboursable de ces satellites a renforcé la pression politique exercée sur Intelsat et SES pour qu’ils passent commande auprès de fabricants américains, ce qu’ils ont fait pour 11 des 13 satellites.

La dernière commande d’Intelsat est intervenue alors qu’un nombre croissant d’opérateurs de satellites demandent à la FCC de stipuler que les satellites remboursables ne transportent que des charges utiles en bande C. Le plan de transition de SES prévoit des satellites dédiés à la bande C, tandis que celui d’Intelsat inclut des satellites avec des charges utiles dans d’autres fréquences.

Eutelsat, Hughes et Inmarsat ont déclaré à la FCC au début de l’année qu’ils craignaient qu’Intelsat n’utilise les règles des enchères pour subventionner la capacité dans d’autres bandes, ce qui lui donnerait un avantage injuste sur leurs marchés. Viasat a rejoint ce groupe le 4 septembre, en déclarant que sans changement de règles, Intelsat “aura accès à de nouvelles capacités satellitaires en bande Ku et en bande Ka, pratiquement gratuites, avec une large couverture internationale, pour faire une concurrence déloyale sur le marché de la mobilité par satellite”.

La plainte de Viasat a été déposée quelques jours après qu’Intelsat ait annoncé son intention d’acquérir l’activité d’aviation commerciale de Gogo, un fournisseur de services Wi-Fi en vol qui est en concurrence avec Viasat.

Intelsat a répondu le 16 septembre dans une lettre à la FCC disant que Viasat avait présenté une “série d’affirmations erronées ou trompeuses”.

“Intelsat s’est engagé publiquement à ne pas demander le remboursement des coûts supplémentaires de toute partie des charges utiles en dehors de la bande C des satellites de remplacement… Il n’y aura donc pas de subventionnement abusif”, a écrit Intelsat.