Maxar se retire du concours LEO de Télésat

WASHINGTON – Maxar Technologies ne s’attend plus, du moins au début, à remporter des contrats de fabrication pour la future mégaconstellation à large bande de Télésat, qui comptera environ 300 satellites.

Dan Jablonsky, le directeur général de Maxar, a déclaré le 5 août lors d’un appel aux gains qu’une décision d’achat pour la constellation, appelée Telesat LEO, reste retardée – une annonce était attendue au milieu de l’année 2019 – et ne semble plus être une opportunité commerciale significative pour Maxar.

“Chaque trimestre, c’est le trimestre suivant”, a déclaré Jablonsky à propos d’une décision. “Dans sa forme actuelle, nous n’attendons pas une participation active”.

Maxar a reçu un contrat d’étude de Télésat il y a deux ans pour concevoir une architecture pour la constellation à large bande avec son partenaire de l’époque, Thales Alenia Space. Les deux sociétés ont mis fin à leur collaboration fin 2019, et Thales Alenia Space s’est ensuite associé à Airbus Defence and Space pour présenter une offre pour la constellation.

Jablonsky a déclaré que Maxar surveille les possibilités de construire des constellations commerciales de satellites de communication, mais qu’il ne les poursuivra pas toutes.

“Télésat est un de nos clients de longue date”, dit-il. “Nous avons construit beaucoup de satellites GEO pour eux. Si et quand ils auront besoin de nous pour cela ou pour le programme LEO de Télésat, comme il pourrait se transformer dans le futur, nous serons très heureux de leur fournir des services”.

Dan Goldberg, directeur général de Télésat, a déclaré lors d’un appel aux résultats le 30 juillet que Télésat reste “pleinement engagée” avec les fournisseurs de satellites, de services de lancement et de terminaux au sol.

“Dans les mois à venir, vous devriez avoir de nos nouvelles [about being] en mesure de faire des annonces définitives en ce qui concerne les marchés publics et le financement”, a déclaré M. Goldberg.

Les satellites LEO de Télésat auront un traitement à bord, des antennes à réseau phasé et des liaisons intersatellites, a déclaré M. Goldberg, et seront optimisés pour le haut débit vers les avions, les navires, les gouvernements et les entreprises. La large bande pour le grand public n’est pas un objectif de Télésat LEO, a-t-il dit.

Télésat s’attend toujours à ce que sa future constellation LEO entre en service en 2022, selon le site Web de l’entreprise. Télésat n’a pas dit combien de satellites elle prévoit d’attribuer dans le cadre d’un contrat initial.

Jablonsky a déclaré que Maxar cherche d’autres utilisations du bus satellite qu’il a conçu pour Telesat LEO, comme pour d’autres constellations commerciales ou des applications de défense et de renseignement.

La division Space Infrastructure de Maxar, qui construit des satellites, travaille presque exclusivement avec des clients commerciaux et civils du secteur spatial, mais Maxar poursuit ses programmes de défense comme domaine d’expansion. Jablonsky a déclaré que la société espère voir son activité Space Infrastructure divisée en un tiers pour les projets spatiaux commerciaux, civils et de défense.

Maxar a déclaré un revenu net de 306 millions de dollars sur des recettes de 439 millions de dollars pour les trois mois se terminant le 30 juin, chiffres soutenus par la cession de MDA en avril. Environ 63 % des revenus de Maxar proviennent de ses activités d’observation de la Terre, qui comprennent les satellites WorldView et les produits et services d’intelligence géospatiale associés.

La constellation de six satellites de Maxar, WorldView Legion, d’une valeur de 600 millions de dollars, reste sur la bonne voie pour un premier lancement au cours du premier semestre 2021 sur une fusée SpaceX Falcon 9, a déclaré Jablonsky. La société construit WorldView Legion en interne, et s’attend à ce que la constellation triple la capacité de Maxar à collecter des images optiques de 30 centimètres de résolution.