Les réformes sur l’acquisition de la force spatiale attendent l’approbation de la Maison Blanche

Un point de discorde est que l’armée de l’air propose un financement “incrémentiel” pour les systèmes spatiaux comme les satellites

WASHINGTON – Un rapport du département de l’armée de l’air proposant des changements aux programmes d’acquisition de la force spatiale a été envoyé au Congrès en mai mais a été retiré peu après.

Shawn Barnes, secrétaire adjoint de l’armée de l’air pour l’acquisition et l’intégration de l’espace, a déclaré le 30 juillet que le rapport est toujours en cours d’examen.

“Je suis un peu frustré par cela”, a déclaré M. Barnes aux journalistes lors d’une conférence téléphonique.

Le rapport mandaté par le Congrès intitulé “Alternative Acquisition System for the United States Space Force” n’a pas encore été signé par le Bureau de la gestion et du budget de la Maison Blanche.

“Je pense que nous sommes très proches de l’OMB à ce stade”, a déclaré M. Barnes. Il a refusé de commenter les points spécifiques du rapport avec lesquels l’OMB n’est pas d’accord. Il a dit qu’il y avait “quelques points de friction” mais pas significatifs.

Selon des sources du Capitole, la principale raison pour laquelle l’OMB s’est opposé au rapport est une recommandation de l’armée de l’air selon laquelle le Congrès devrait financer “progressivement” les grands programmes comme les satellites au lieu de financer entièrement le coût du programme l’année où le satellite est commandé.

Les satellites étant des objets coûteux – chacun pouvant coûter un milliard de dollars ou plus – le financement complet d’un satellite l’année où il est commandé consomme une part écrasante du budget d’acquisition de l’espace pour cette année. L’armée de l’air a fait valoir qu’un financement progressif donnerait à la force spatiale une plus grande souplesse budgétaire pour allouer des fonds à d’autres programmes spatiaux en fonction des besoins.

Dans le cadre du financement progressif, le coût d’un satellite est divisé en plusieurs portions annuelles, ou incréments. Le Congrès approuve ensuite l’augmentation de chaque année dans le budget de l’année en cours.

Certains législateurs seraient favorables à un financement progressif, car cela permettrait aux législateurs de mieux contrôler les sommes que le DoD reçoit chaque année pour un programme. Mais l’OMB préfère obtenir un financement complet et le répartir ensuite selon le rythme du programme au fur et à mesure de son avancement dans les phases de développement et d’approvisionnement. Le financement partiel des satellites est fortement opposé par l’OMB, selon ces sources.